Menu

Oscars : "Parasite", le film sud-coréen qui bouscule l’ordre établi à Hollywood

Une Palme d’Or, un Golden Globe du meilleur film en langue étrangère, et désormais pas moins de quatre statuettes des Oscars : le film "Parasite" du cinéaste sud-coréen Bong Joon-ho s’est frayé un chemin jusqu’au firmament d'Hollywood. C’est la première fois depuis la création des Oscars qu’un long-métrage en langue étrangère reçoit une telle reconnaissance dans le temple du cinéma américain.



Avec quatre Oscars, le film sud-coréen "Parasite" s’impose à Hollywood et devient le premier film en langue étrangère à remporter la récompense tant convoitée du cinéma mondial. Le long-métrage de Bong Joon-ho accumule les statuettes  et les honneurs : Oscars du meilleur film international, du meilleur scénario original, du meilleur film et enfin du meilleur réalisateur. Revenant une nouvelle fois sur la scène de la cérémonie des Oscars à Los Angeles pour accepter cette dernière récompense, le cinéaste a lancé avec décontraction : "Merci, je vais boire jusqu'au matin".

Le succès à l'international de cette œuvre, notamment aux États-Unis, est d'autant plus remarquable que la langue anglaise domine le cinéma mondial et que le succès des films non anglophones est rare. En France, "Parasite" est devenu la Palme d'Or la plus vue dans les salles depuis quinze ans.  Lors de la cérémonie des Golden Globes, Bong Joon-ho avait interpellé les spectateurs américains: "Une fois que vous aurez surmonté la barrière des sous-titres, vous vous ouvrirez à tant d'autres films étonnants".

Comment cette satire sociale sur la lutte des classes à Séoul, comment ce film sous-titré, au casting inconnu du public américain, a-t-elle pu se faire une place dans l’entre-soi hollywoodien ? Le talent du cinéaste, son humour en particulier, sont régulièrement cités, à commencer par son équipe devant le parterre de stars hollywoodiennes, dimanche soir.
Lundi 10 Février 2020
La Rédaction