Menu

Des experts de l'OMS en route pour la Chine où le coronavirus a fait plus de 900 morts

Le bilan du nouveau coronavirus est passé, lundi, à 908 morts en Chine et plus de 40 000 cas de contamination. Une équipe d'une quinzaine d'experts de l'OMS, dirigée par Bruce Aylward, vétéran ayant travaillé sur d'autres urgences sanitaires, est en route pour Pékin.



Une équipe d'experts internationaux placée sous l'égide de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'est envolée pour Pékin afin d'enquêter sur l'épidémie de coronavirus en Chine, où le bilan a atteint, lundi 10 février, 908 morts et plus de 40 000 cas de contamination.

Le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, s'était rendu à Pékin fin janvier pour s'entretenir avec le président Xi Jinping et des ministres chinois, et était revenu avec un accord des autorités quant à l'envoi d'une mission internationale sur le terrain. Il a toutefois fallu près de deux semaines pour obtenir le feu vert du gouvernement sur la composition de l'équipe d'une quinzaine de personnes dirigée par l'épidémiologiste canadien Bruce Aylward.

Plus de 40 000 cas

L'épidémie a causé 97 décès supplémentaires dimanche en Chine continentale, ont annoncé lundi les autorités sanitaires chinoises, ce qui porte à 908 le nombre de cas mortels dans le pays.

 

Dans un communiqué, la Commission nationale de la santé a ajouté que 3 062 cas de contamination ont été recensés au cours de la journée de dimanche, portant à 40 171 le nombre de patients infectés par le virus en Chine. Dans la seule province de Hubei, épicentre de l'épidémie qui a démarré en décembre sur un marché de la ville de Wuhan, le nombre de décès a augmenté de 91 dimanche, faisant grimper le bilan total à 871 morts.

Depuis dimanche, le bilan du coronavirus 2019-nCoV a dépassé celui de l'épidémie du Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère) qui était apparue dans le pays et s'était propagée à travers le monde en 2002-2003 faisant 774 morts.

"Sursaut" possible

Selon l'OMS, qui a qualifié l'épidémie d'urgence de santé publique de portée internationale le 30 janvier, le nombre de contaminations relevées quotidiennement en Chine se stabilise, mais il est trop tôt pour conclure que le phénomène a dépassé son pic. Pour le spécialiste américain Ian Lipkin, de l'Université Columbia, l'épidémie pourrait atteindre un pic dans les deux semaines, avant de refluer nettement - même si un "sursaut" est possible lorsque les gens reprendront massivement le travail.

La Banque centrale chinoise a annoncé débloquer 300 milliards de yuans (43 milliards de dollars) la semaine prochaine pour aider les entreprises impliquées dans la lutte contre l'épidémie, qui continue à se propager dans le monde.

L'épidémie se propage

Quelque 330 cas de contamination ont été recensés, répartis dans 27 pays et régions. Pour l'heure, seuls deux cas mortels du coronavirus 2019-nCoV ont été signalés hors de la Chine continentale, à Hong Kong et aux Philippines. Un Américain âgé de 60 ans infecté par le virus et un Japonais d'une soixante d'années sont par ailleurs morts à Wuhan.

En France, les tests effectués sur près d'une cinquantaine de personnes dans la commune savoyarde des Contamines-Montjoie, où cinq cas de coronavirus  ont été détectés, se sont révélés négatifs, a déclaré dimanche le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon. Au total, une centaine de tests ont ou vont être faits dans cette station de ski de Haute-Savoie, selon la ministre française de la Santé, Agnès Buzyn, qui s'est rendue sur place.

D'autres cas ont été, ces dernières 48 heures, signalés dans d'autres pays comme la Grande-Bretagne et l'Espagne où ont été respectivement annoncées dimanche une quatrième personne et une deuxième personne contaminées.

Avec Reuters et AFP

Lundi 10 Février 2020
La Rédaction / Samboudiang Sakho


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 21 Septembre 2020 - 18:58 Fada et compagnie demandent le report des locales

Dimanche 20 Septembre 2020 - 20:19 Alioune Tine : ' Notre justice est malade '