Menu

1,2 milliard volés à Banque agricole : un directeur, son épouse et son beau-frère dans le coup

Au départ, le préjudice était estimé à 300 millions de francs CFA. Il faudra désormais multiplier ce montant par trois. En effet, le détournement de fonds enregistré à la Banque agricole a été établi à 1 milliard 254 millions 460 mille 400. La direction de la banque, qui avait dans un premier temps saisi la DIC, vient de déposer une plainte auprès du Doyen des juges avec constitution de partie civile.



1,2 milliard volés à Banque agricole : un directeur, son épouse et son beau-frère dans le coup
D’après Libération, la plainte vise le responsable des grands comptes, des institutions et des projets de l’Etat, Birame Diouf, son épouse et son beau-frère. Le premier a disparu depuis qu’il a été convoqué par le directeur de l’audit qui a révélé la fraude. C'était le 11 août dernier. La fraude a consisté à recharger illicitement treize cartes prépayées AFIA. Ces cartes permettent aux ayants droit de disposer de liquidités qu’ils peuvent retirer au niveau des guichets automatiques. D’après la Banque agricole, Birame Diouf en a rechargé treize dont deux pour lui, pour un montant de 200 millions 214 mille 800, trois pour son épouse, pour 513 millions 826 mille 600, et quatre pour son beau-frère pour 540 millions 419 mille. Libération rapporte que le couple aurait blanchi une partie de cet argent dans une société individuelle dénommée Stratton Invest. Il aurait ensuite tenté de récupérer les fonds en ouvrant le compte courant de cette entreprise le 3 janvier dernier. Le journal précise que c’est l’épouse de Birame Diouf qui a ouvert le compte en présentant un certificat de résidence sur lequel elle se dit étudiante. Dans sa plainte, la Banque agricole vise les chefs d’association de malfaiteurs, faux et usage de faux portant sur des écritures et documents de banque, escroquerie portant sur les deniers publics, complicité de recel de chef et introduction frauduleuse dans un système informatique.
Mercredi 21 Septembre 2022
La Rédaction / Samboudiang Sakho