Menu

Inspecteur Siaka GOUDIABY, l'homme au parcours atypique et exemplaire.

Inspecteur Siaka GOUDIABY, l'homme au parcours atypique et exemplaire.


Inspecteur Siaka GOUDIABY, l'homme au parcours atypique et exemplaire.
S'il faut parler de l'homme qui est devenu aujourd'hui un Inspecteur d'Académie, alors il faut admettre que la réussite ou l'ascension d'une personne provient du fruit d'un travail bien ordonné. De l'école élémentaire Almamy BADJI de Kartiack en passant par le C.E.M Tété DIEDHIOU au lycée Djignabo BASSENE de Ziguinchor, le jeune élève ne connut que d'excellents résultats. Au lycée Djignabo, il fut un des meilleurs élèves de sa génération, amassant tableaux d'honneur et prix d'excellence, avec des moyennes exceptionnelles. Un élève sérieux, assidu et studieux ! Ce qui lui a permis d'ailleurs de réussir avec brio au baccalauréat en série D, actuelle série S2. Vu sa situation de soutien de famille, il décida de tenter le concours d'entrée à l'Ecole normale régionale devenu aujourd'hui C.R.E.M. Après admission, il intègra l'Ecole Normale Régionale William Ponty de Kolda en 1985. Et la sortie de cette école est sanctionnée par la réussite à l'écrit au Certificat d'Aptitude Pédagogique (C.A.P) en attendant la pratique en stage de responsabilité entière sur le terrain. Pour son avancement professionnel, il comprit qu'il fallait continuer ses études supérieures. Le Certificat d'Aptitude Pédagogique (C.A.P) en poche, quelques années plus tard sur le terrain comme instituteur, le brillant enseignant atterrit à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar au département des Sciences Naturelles, actuel S.V.T par le canal du concours des Normaliens Instituteurs (N.I). Titulaire d'une maîtrise *_es_* Sciences et d'un DEA, il intégra l'Ecole Normale Supérieure (E.N.S) aujourd'hui F.A.S T.E.F. Après l'obtention du Certificat d'Aptitude à l'Enseignement Secondaire (C.A.E.S), il fut muté comme professeur de Sciences Naturelles au lycée Charles De Gaulle de Saint-Louis en 1997. En 2003, l'éminent professeur vint au lycée Demba Diop de Mbour. Il comprit dès lors comme le disait Cheikh Anta Diop qu’” il n'y a qu'un seul salut. C'est la connaissance directe et aucune paresse ne pourra nous dispenser de cette école. Il faudra absolument acquérir la connaissance directe. A formation égale, la vérité triomphe". Sur cette lancée, le professeur émérite, convaincu que son ascension professionnelle est toujours possible, il réussit plus tard au Concours de Recrutement des Élèves Inspecteurs (C.R.E.I) sur Titre pour une durée de formation de deux ans à l’E.N. S en vue d'obtenir le Certificat d'Aptitude aux fonctions d'Inspecteur de l'Enseignement Elémentaire (C.A.I.E.E).
 
Devenu Inspecteur, il est réaffecté à l'Inspection d'Académie de Saint-Louis en 2005 comme Adjoint en charge du cycle fondamental, puis à l'Inspection Départementale de l'Education Nationale (I.D.E.N) actuelle I.E.F de Thiès département en 2006 aux fonctions d'Adjoint. En 2008, il participa en stage de capacitation sur l'enseignement des sciences au Kénya. Il bénéficia d'une formation en suivi-évaluation et en MS Excel niveau avancé en 2009. Et une autre formation avancée en statistiques au C.E.S.A.G. Sa participation au Projet de Renforcement de l'Enseignement des Mathématiques, Sciences et Technologie (P.R.E.M.S.T) comme formateur national lui permit de contribuer positivement à l'élaboration des modules sur l'enseignement des mathématiques, des sciences et de la technologie et aussi à la formation des enseignants. 
 
 De par son dévouement et son dynamisme, il gagna suite à une rude compétition le poste de chef de circonscription de l'I.D.E. N d’Oussouye en 2010 où il installa les automatismes qui permettent une éducation durable et de qualité, à  travers une mobilisation communautaire sans pareil. A Oussouye, zone frontalière avec la Guinée-Bissau, jadis théâtre de conflit armé, mais aussi zone touristique par excellence, la promotion du partenariat fut une préoccupation pour lui. Elle permit de dérouler des formations en faveur des enseignants de ces zones sur des problématiques émergentes liées à la prise en charge psycho-sociale, matérielle et pédagogique des enfants vulnérables (orphelins induits par le conflit, handicapés, déplacés) et sur les effets pervers du tourisme. Malgré ses charges et obligations professionnelles le génie inspecteur fit un autre bond en avant en soutenant en 2013 un mémoire de Master 2 avec une mention très bien en Aménagement et Gestion Durable des Écosystèmes Forestiers et Agro-forestiers au département Agroforesterie de l'Université Assane Seck de Ziguinchor.                             Après Oussouye, Saint-Louis la ville couveuse l'intéressa de nouveau. Il y retourna en tant qu’Inspecteur de l’Éducation et de la Formation en 2014. A Saint-Louis commune tout comme à Oussouye l’I.E. F GOUDIABY eut conscience de l'ampleur des problèmes environnementaux en termes de nuisance, de dégâts causés au cadre de vie y compris celui scolaire. Pour instaurer chez les apprenants une culture environnementale, une journée mensuelle "set-sétal” était organisée avec tous les élèves et un projet d'arboriculture en rapport avec les Services des Eaux et Forêts permit de doter de centaines de plantes les écoles. Sur le plan professionnel, il institutionnalisa la tenue régulière des réunions de coordination avec les Comités de Gestion de l'Ecole (C.G.E), les directeurs et chefs d'établissements pour partager sur les orientations et les bonnes pratiques. Il continua comme à Oussouye ses projets de formation en faveur des chefs d'établissements et les enseignants, des comptables matières sur des thématiques diverses : gestion financière et matérielle, administrative, gestion des conflits, leadership, évaluation des enseignements apprentissages en mathématiques, sciences et lettres. L'animation de la vie scolaire était marquée par l'organisation de jeux de génie en herbe, de journées de l'excellence comme élément central d'un dispositif d'émulation. Les leçons tirées de ces diverses expériences lui serviront de repères pour tracer les axes d'une politique éducative sous forme de projet à l'échelon d'une académie. Un projet éducatif pertinent et bien accueilli par le Ministère de l'Education Nationale, qui d'ailleurs occasionna sa nomination par décret présidentiel à l'Inspection d'académie régionale de Ziguinchor en janvier 2018.
 
 A l'Académie, il entreprit effectivement des actions et initiatives pour le salut de l'éducation nationale. Désormais, l'I.A de Ziguinchor connut entre autres actions et initiatives la mise en œuvre : des Progressions Harmonisées Articulées aux Évaluations Standardisées (P.H.A.R.E.S), chères au Ministère de l'Education Nationale, conçues dès le 1er semestre de 2018. De l'animation de la vie scolaire ( le sport notamment), avec la participation des partenaires, des élus et de l'ensemble des acteurs à la base. Partout où il est passé, la formation des chefs d'établissement à la gestion financière pour minimiser les risques découlant d'une gestion peu orthodoxe a toujours été un défi pour lui. La formation des professeurs de Maths, SVT et Sciences Physiques à l'évaluation, pour se mettre en phase avec les orientations nationales relatives à la promotion des Maths et des sciences était aussi une de ses préoccupations. De l'organisation de fora de mobilisation sociale sur les problématiques scolaires plus récurrentes : grossesses précoces, état civil, performances scolaires, quantum horaire, climat social dans les établissements. La formation des gouvernements scolaires au leadership et l'appropriation de leurs rôles, missions et responsabilités avec l'accompagnement technique du Conseil Régional de la Jeunesse. Des rencontres sectorielles de partage avec les élus territoriaux sur l'avenir de l'école dans la région, et le rôle attendu des partenaires locaux étaient organisées périodiquement. L'atelier de partage sur la problématique de l'alphabétisation et de l'enseignement des langues nationales dans un contexte de transfert de compétences à la base, avec la participation de tous les élus était initié et soutenu par les conseils départementaux. Monsieur GOUDIABY, en l'espace de 2 ans procèda à l'ouverture de 9 établissements moyens secondaires dont 4 collèges et 5 lycées pour désengorger les structures et améliorer le pilotage administratif, pédagogique et social. La redynamisation de l'enseignement professionnel était une préoccupation réelle de l'Inspecteur d'académie. La création de la caisse de solidarité dans les établissements, pour assurer un soutien moral, psychologique et financier aux familles de collègues en détresse était effective dans toute la circonscription. Des réunions fréquentes de coordination entre acteurs, qui prouvèrent à suffisance l'impulsion nouvelle qu'il avait voulue apporter à la vie de l'institution. 
 
 
Ses ambitions pour l'Académie de Ziguinchor, arrimées aux orientations nationales demeurèrent :
- l'organisation d'une journée d'excellence régionale.
- l'installation d'un lycée de référence scientifique à Ziguinchor pour les meilleures élèves de l'Académie avec internat.
- la mise en place du Projet Pépinières de Talents (P.P.T), qui consisterait à sélectionner les meilleurs profils d'élèves après un test (déjà fait) en 5ème et en 2des, à les encadrer par des cours de renforcement soutien,  à leur faire bénéficier d'un dispositif de parrainage/appui financier/kit scolaires/kit géométrique, de manière à constituer un vivier suffisant de candidats performants pour représenter l'Académie aux concours nationaux où l'Académie est parfois absente ces dernières années. Ziguinchor a besoin d'avoir un système éducatif fort, performant à la hauteur du rôle pionnier qu'avait joué la région dans l'histoire éducative au Sénégal. Région d’excellence et lieu de formation de hauts cadres qui avaient fait la fierté du Sénégal et de la communauté éducative. Après avoir gagné le pari de l'accès, ses priorités devraient être orientées vers la qualité, en augmentant la représentativité de l'Académie aux palmarès des concours nationaux, baromètres de la performance des systèmes éducatifs locaux.
Partout où il est passé, ce professionnel émérite de l'éducation a toujours laissé une empreinte indélébile si bien que ses départs étaient toujours une pilule amère à avaler par ses administrés, ses collaborateurs et les populations. Monsieur GOUDIABY demeure une icône et un modèle dont doivent s'inspirer tous les jeunes enseignants soucieux de leur carrière et de l'intérêt national. Aujourd'hui, tout le bénéfice de cet homme prestigieux est pour l'Académie régionale de Kaolack où il est nommé chef de circonscription par décret présidentiel. Les acteurs socio-éducatifs de cette région gagneraient à bien tirer profit du séjour de cette tête pensante du système éducatif sénégalais au grand profit des filles et fils de la nation.                                 
 
Arfang Kalifa DIEME, Instituteur à l’I.E. F de Kolda.
Dimanche 12 Juillet 2020
La Rédaction / Samboudiang Sakho


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 23 Avril 2022 - 17:00 Adji Sarr s’enfonce dans l’abîme