Menu

Accusé d'avoir "asséché" les puits de Djémbéring, le Patron de la "Casamançaise" clôt le débat

Accusé d'avoir "asséché" les puits de Djémbéring, le Patron de la "Casamançaise" clôt le débat


Accusé d'avoir "asséché" les puits de Djémbéring, le Patron de la "Casamançaise" clôt le débat
Suite aux manifestations de la population de Cap Skring, du 30 mai dernier qui réclamait de l’eau, la société d’Embouteillage Casamance (SODCA), est accusée d’être à l'origine de la la rareté de l’eau et le non recrutement des fils de la zone dans cette jeune entreprise. En conférence de presse, le fondateur de ladite  société, Augène Ndiaye dément toutes ces allégations.

"La société SODECA n'est pas à l'origine de l'assèchement des puits dans la commune de Diembéring," coupe court, le patron de l'eau minérale "la Casamançaise" avant de revenir d'une manière plus détaillée sur son implantation. " La SODECA a obtenu l'autorisation de l'Etat de lancer son activité le 22 juillet 2016.L'eau qui est exploitée n'entame pas les réserves utilisées par la population. Le document d’étude d'impact environnemental le dit clairement et le Chef du service régional de l'hydraulique, Boubacar Mané l'a rappelé avec précision le 03 juin 2020."
 
Lors de cette manifestation, des voix se sont levées pour dénoncer le non recrutement des fils et filles du terroir. Mais pour Eugène Ndiaye, d’énormes investissements ont été consentis dans la zone et plus de 200 emplois ont été crées par la SODECA.  "101 permanents dont 55 sont originaires des quatre villages environnants (Cap Skring, Boucotte village, Cabrousse, Diembéring); plus de 100 emplois non permanent  dont 89 originaires ces mêmes village », a fait savoir M. N'diaye.
 
 Le patron de la SODECA, rassure que l’engagement de la "Casamançaise" aux cotés des communautés locales et des acteurs nationaux ne souffre d’aucun doute, et les faits parlent d’eux mêmes. « L’impact économique de l’entreprise sur la commune de Diembering a été considérable et est évalué en 2019 – 2020 à près de 445 millions de FCFA, qui sont allés ai bénéfice des commerçants, des professionnels des artisans de la commune (hôteliers, restaurants, transporteurs) sans oublier les collaborateurs et leurs familles. »

KHalil
Vendredi 12 Juin 2020
La Rédaction / Samboudiang Sakho


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 23 Avril 2022 - 17:00 Adji Sarr s’enfonce dans l’abîme